>Les ateliers Van Gogh 2019 / Garges lès-Gonesse

Ateliers – éducation à l’image, audiovisuel et arts plastiques

6-15 ans et 13-25 ans

Les ateliers se déroulent les mercredis de 14H00 à 16H00 à partir de 6 ans ( arts plastiques) puis de 17h00 à 18H30 à partir de 13 ans (audiovisuel)

aux Ateliers Van Gogh, 16 rue Van Gogh dans le quartier de la Dame Blanche Nord.

Différentes techniques sont abordées tout au long de l’année – sur inscription

Gratuit + adhésion association 6€ / famille

pour l’année d’octobre à juillet.

 

Edition 2019

Peinture – toiles grand format

Atelier Peinture avec Siré Camara, peintre, étudiante en art (ENSAPC)

et  Madinina Maniga, étudiante, volontaires en services civiques 2019

et Aminata N’dyaye stagiaire, peintre, étudiante en art (ENSAPC)

Préparation de l’exposition pour Garges-plage

photographie et vidéo – courts métrages

photographie : Initiation au light Painting

« Courts toujours » au cinéma Jaques Brel, une journée dédiée au court métrage réalisés par les jeunes gargeois

Nous avons réalisé deux films aux atelier Van Gogh, « Alice et le marabout » et  » Le rêve d’Alexandre »

 

 

Collages et expérimentations plastiques

loisirs créatifs

Fabriquer sa pochette personnalisée avec une brique de lait

 

Les fêtes et actions culturelles à Garges

Le carnaval : Le japon

 

« Fête de la propreté » au centre social Jean Baptiste Corot

Gravure sur brique de lait avec Minka Delaere

Les sorties culturelles cliquer ici

Le palais de la porte dorée à Paris12 eme

Sortie à la cinémathèque à paris 12 eme

Sortie au Mac Val à Vitry

Sortie au musée d’art moderne de la Ville de Paris

Visite guidée à Garges avec Catherine Roth, ethnologue et la bibliothèque Elsa Triolet

 

Le Voyage de Gagarine : le parcours Ivry-sur-Seine // sept 2019

Un voyage du réel à l’imaginaire,

en partant de terre jusqu’au ciel


Le principe du voyage est de traverser les anciens appartements du bâtiment A de la cité Gagarine du 1er au 7 ème étage soit au total 36 appartements. Un quarantaine d’artistes aux pratiques très protéiformes, peinture, sculptures, installations, photographie, cinéma,et vidéo exposent. Au début, il s’agit de découvrir des documents d’archives, objets collectés dans la cité, témoignages,
portraits d’habitants, archives de la ville, mémoires orale et chemins croisés. En montant les étages, ces éléments sont peu à peu revisités par l’imaginaire et le fantasme des artistes, univers poétiques, appropriations imaginaires des lieux et des objets. Vers le haut, nous atteindrons des espaces encore plus fantasmés ou projetés vers la fiction, voire la science fiction jusqu’au 7 eme étage avec un décor du film Gagarine en cours de montage et dont le tournage s’est déroulé en même temps que le travail des artistes.

 

 

TERRE 1er étage

Voici que commence le voyage. Quatre projections proposent une sélection de films et d’extraits de films à venir. Dans l’atmosphère intime de trois appartements désaffectés, deux courts métrages de fiction, un extrait de documentaire et un clip réalisé et composé avec les enfants de l’école d’en face, à découvrir dans les salons obscurs. Ces films tournés dans la cité annoncent l’adieu à Gagarine.

 

La lettre de Politzer, projection court métrage, 12′

Ibou Ndyaye (médiateur de la Ville) avec les élèves du collège Politzer

Double face / Le voyage de Gagarine
salon : projection du film « La lettre de Politzer » avec les élèves du collège Politzer / photo©PatrickDubois

L’histoire : Tidiane, un jeune prodige est exposé à la dure réalité de son environnement dans la cité Gagarine. Curieux de tout découvrir, et en quête perpétuelle de savoir, certains aspirent pourtant à d’autres projets le concernant. Un projet mené avec Ibou Ndyaye et les médiateurs de la ville d’Ivry sur Seine et le collège Politzer d’Ivry sur seine.

Gagarine : projection d’un Clip musical, 4’

Merlot et une classe de ce2 de l’école Joliot-Curie A

Double Face / Le voyage de Gagarine
Projection du clip « Gagarine » composé par Merlot en hommage à la cité / photo©VirginieLoisel

Un mannequin challenge écrit et construit collectivement avec les 24 enfants de CE2 composé et réalisé par Merlot en hommage à Gagarine.

 

Gag, teaser, 8′

Adnane Tragha : projection bande annonce documentaire + extrait

 Double face / Le voyage de gagarine
Salon : projection du teaser « Gag » d’Adnane Tragha / photo©PatrickDubois

De retour dans la cité déserte, ils évoquent leurs souvenirs du lieu.
Danielle, Loïc, Karima, Yvette, Raul ou encore Mehdy racontent leur vécu, leur expérience, leur ressenti.
Les difficultés autant que la solidarité, la stigmatisation autant que l’entraide, les bons souvenirs comme les mauvais. Au final, ils disent comment le fait de vivre à Gagarine a influencé leur vie, et ce qu’ils sont devenus. Ce film est une « contre-histoire », la réhabilitation d’une parole trop rare.
Adnane Tragha

Gagarine, court métrage, 15’30

Fanny Liatard et Jéremy Trouilh

Double face / Le voyage de Gagarine
Salon : projection du court métrage Gagarine de Jéremy Trouilh et Fanny Liatard  / photo©PatrickDubois

Youri a 20 ans, il vit avec sa mère à Ivry, dans la cité qui l’a vu grandir. Mais la démolition approche : le décor de ses rêves d’enfant va disparaître. Comment prendre son envol quand on n’a plus de vaisseau spatial ?

Court métrage réalisé par deux jeunes réalisateurs, Fanny Liatard et jéremy Trouilh qui ont tourné leur long métrage à Gagarine pendant que nous préparions le « Voyage ».

 

Les fantômes de Gagarine

Compagnie Kokoya international

Double Face / Le voyage de Gagarine
Les fantômes de Gagarine, performance déambulatoire – Compagnie Kokoya internantional / photo©PatrickDubois


La compagnie Kokoya international était un partenaire incontournable. Tous les Ivryens qui connaissait le quartier nous avaient parlé d’Yvette Thénard qui avait déjà fait ses adieu à la cité avec des petites saynètes. Nous avons donc décidé que l’art vivant serait déambulatoire et se construirait avec la tonalité des étages.

 

CHEMINS 2eme étage

On emprunte les chemins du voyage pour découvrir cinq appartements qui racontent des traversées. Trajectoires, récits, témoignages et histoires mêlent la figure de Youri Gagarine et les habitants de la Cité du même nom. Ces chemins qui surgissent du passé évoquent tous l’arrachement qui se joue dans ces lieux.

 

Ce que les yeux ne voient pas

Larry  et la dame au chignon : Installation, graffitis, vidéo.

 

Double face / Le voyage de Gagarine
Salon : Installation -Ce que les yeux ne voient pas – Larry et la dame au chignon / ©PatrickDubois

Larry ou Cabral de son vrai nom, a vécut à Ivry pendant sa jeunesse. son installation au 2eme étage est un récit croisé entre son histoire personnelle, lorsqu’il vivait dans un immeuble aujourd’hui détruit à Ivry, et la future disparition de la cité Gagarine qu’il a bien connue. Aujourd’hui il mesure le chemin parcouru depuis ce temps.

 

 

 

 

Nos rêves sont l’avenir des utopies

Chienjaune & Elia Kleiber : photographie, vidéo, peinture

 

Double face / Le voyage de Gagarine
Chambre : photographie Chien jaune /photo ©PatrickDubois

Double face / Le voyage de Gagarine
Salon : Elia Kleiber peinture, l’homme suspendu / photo©PatrickDubois

Chien Jaune, photographe a invité Elia Kleiber, peintre dans son appartement-atelier de Gagarine. tous deux proposent un dispositif en écho qui évoque le personnage mythique du cosmonaute Gagarine, la nostalgie d’une époque, celle de leur jeunesse et celle des habitants de la cité disparus.
Les photographies fusionnent avec les murs de la chambre tandis que le chassis semble attiré par le vide du dehors. l’installation se veut flottante, troublée; une vidéo projection constitué d’images de ville de chantiers, de circulations avec un bande son mêlant Archie shepp, Eddy Mitchell entrecroisées avec des bribes répétitives comme «circulez, y’a rien à voir !» ou «la gravité, la gravité…».
Cette atmosphère contribue à nous maintenir dans le flux hypnotique du temps.

 

Et demain…

 Michel Desaissement :Installation, photographie

 

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Et demain… M. Dessaisement  /photo©PatrickDubois

Michel Desaissement est médecin à Vity sur Seine et photographe. Lors de sa première visite dans la cité, Il a saisi une certaine violence dans les appartements laissés à l’abandon; c’est ce qu’il a souhaité exprimer dans son installation qui mêle photographies de ces lieux trouvés, matériaux hétéroclites et végétaux.

 

 

 

 

Une brique rouge pour mémoire

Marie-Pierre Dieterlé : Photographie, installation et projection vidéo

 

Double Face / Le voyage de Gagarine
La robe de mariée MP Diéterlé / photo©PatrickDubois

Marie pierre Dieterlé est une photographe qui s’intéresse à la cité Gagarine depuis 2010. Depuis près de dix ans elle a collecté des témoignages, photographié les habitants dans leur vie quotidienne, ils ont raconté leur vie parfois étalée sur plusieurs décennies et se sont remémorer l ’entraide entre les voisins, le partage entre les communautés, sentiments mêlés avec la joie et le soulagement de quitter ces lieux dégradés. Elle a réalisé en 2017 une série d’ateliers photographiques avec les habitants de la cité et la maison de quartier. Les images produites ont été exposées en très grands formats sur la façade de l’immeuble et montrés dans le salon en petit formats.Des briques rouges dans un sac à l’entrée avec dessus l’écriteau Servez-vous, étaient à la disposition des visiteurs, nombreux à partir bien chargés.

 

La cité dans l’histoire

Archives municipales d’Ivry-sur-Seine,  Ivry-Centre, transformation(s) d’un quartier, XVIIIe-XXe siècle

Double Face / Le voyage de Gagarine
La cité dans l’histoire- Les archives Municipales / photo©PatrickDubois

C’est en venant aux archives pour construire un partenariat  que nous avons décidé que le Service Municipal aurait son appartement à Gagarine et serait participant à part entière du voyage.: Le salon présente une exposition construite à partir de nombreux documents d’archives en accordant une place importante aux documents iconographiques (photographies, cartes postales, plans).

 

 

1956-1962

Fakele, cyanotype

Double Face / Le voyage de Gagarine
Chambre 1: 1956-1962 Cianotypes – Fakele / photo©ParickDubois

Fakele a approché l’association Double Face et l’hommage à la cité Gagarine grace à la Compagnie des oeillets. C’est lors de notre rencontre avec le service des archives que s’est concrétisé son projet :.
retracer les premières demandes de permis de construire de la cité et d’avoir accès à un ensemble de documents d’époque menant à la construction du bâtiment.

 

 Autoportrait de la cité

Guillaume Kern, photographie

Double Face / Le voyage de Gagarine
Chambre 2 : Autoportrait de la cité – Guillaume Kern / photo©PatrickDubois

Guillaume kern, habite Ivry et fréquente l’école d’art plastique Municipale où il poursuit pour son plaisir un atelier de photographie. Cette première exposition «en chambre» à Gagarine lui a permis d’expérimenter pour la première fois la confrontation de son travail avec un public hétéroclite, de l’habitant de Gagarine venu en famille au touriste étranger visitant Paris jusqu’au public habitué des galerie d’art. Pour cette exposition Guillaume a choisi de garder le papier peint « Manhattan » sur lequel sont venus se poser les « portrait.s de la cité.

 

 

TRACES 3eme étage

Les cinq appartements du 3eme se sont construits à partir des objets glanés dans les logements vides de la cité. Surtout celui de Josette et Didier Mégret, disparus bien avant le départ des habitants, ce lieu renversé, désarticulé, multivisité a été trouvé plein des objets de toute une vie. Peu à peu, les artistes ont cherché puis se sont appropriés ces choses du passé pour projeter un univers réinventé du quotidien.

 

Tout doit disparaitre

David Rybak, collage, sérigraphie, pochoir, broderie

Double Face / Le voyage de Gagarine
Tout doit disparaitre – David Rybak / photo©PatrickDubois

David Rybak, Ivryen, est un jeune enseignant dans une école d’art appliqué. En venant à Gagarine il a tout de suite eu envie d’utiliser les traces, la mémoire, les archives trouvées dans les appartements.

 

 

 

 

Diffractions

Dianobin : photographie et Installation

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Diffractions – Dianobin / photo©PatrickDubois

Dianobin a un atelier-logement et est professeur à l’école municipale d’art d’ivry sur seine. Très intriguée par ce que représente Gagarine dans sa ville, elle s’est tout de suite mise à la recherche de signes pour composer son installation, photographies retouchées, housses de vêtements en plastique, tissus, et surtout une poupée qui a exercé sur elle une grande fascination, même si elle n’est jamais apparue dans l’installation.

 

Une mythologie quotidienne

Diane de Cicco et Philippe Teissier : installation

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Philippe Teissier / photo©Stephane Asseline

Diane de Cicco et Philippe Teissier artistes Ivryens ont aménagé au troisième étage dans un petit studio à l’étage Traces. Ils ont trouvé beaucoup d’objets et documents dans l’appartement de Josette et aussi dans le bazar, pièce dédiée à tous les objets et autres mobiliers à recycler pour l’oeuvre artistique commune. Ces éléments ont été le départ d’une installation étrange et attirante, comme fixée dans le souvenir.

 

salon : projection du film "La lettre de Politzer" avec les élèves du collège Politzer / photo©PatrickDubois
Salon : Diane de Cicco / photo©Stephane Asseline

Chez Josette

Serge Bacheré et François Bonnery : photographie et peinture

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Francois Bonnery et Serge Bacheré / photo©PatrickDubois

Serge bacheré et François Bonnery, inséparables du monde de Josette qui les a habité pendant des mois jusqu’à s’immiscer dans leur quotidien de manière presque obsédante. L’appartement s’est transformé en écrin capiteux, foisonnant de souvenirs et d’inventions.

 

 

 

Portraits anonymes

Valentine Chauvet: installations

Double Face / Le voyage de Gagarine
Petite chambre: La nostalgie des étoiles, Objets recyclés, dessins et histoires d’anciens habitants, Installation / photo©PatrickDubois

Valentine Chauvet a eu un double rôle dans le Voyage. d’une part artiste étudiante dans le cadre d’un Master art et champ social, mais aussi précieuse collaboratrice dans l’organisation et la scénographie du projet : Valentine a d’abord approché le sujet à partir d’une collaboration avec l’école et les partenaires locaux, dans le salon puis à titre personnel dans les deux chambres.

 

 

FIGURES 4eme étage

Les figures sont les projections imaginaires de celles et ceux qui ont vécu ici et dont la présence se manifeste par bribes ou signes. Les artistes à partir de photos trouvées, souvenirs ou parfois inventions pures mettent en scène les habitants rêvés de la cité, Clins d’œil légers et festifs ou au contraire évocation plus solennelles voire même avec une certaine gravité et douleur.

 

Ragarine

Twopy & Mathieu Murillo : illustration à l’aérosol, peintures, collages

Double Face / Le Voyage de Gagarine
Chambre : le musée – Twopy et Mathieu Murillo / photo©PatrickDubois

Twopy est arrivé avec un groupe de graffeurs qui partage le même atelier «Le village» à Ivry. Il a apporté une touche graphique très expressive et drôle à l’étage des figures, des petits personnages très occupés à oeuvrer dans cet appartement du 4 ème étage. Artiste ou plutôt «illustrartiste» parisien, Twopy a l’habitude de réanimer des lieux abandonnés. Son complice Mathieu Murillo lui a donné quelques ingrédients.

 

Je suis un souvenir

Olivia Funes Lastra : peinture, installation

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Je suis un souvenir – Olivia Funes Lastra / photo©PatrickDubois

Olivia Funes Lastra, étudiante à l’école supérieure d’Art de Paris-Cergy est venue à Ivry dans le cadre d’un stage avec Double face. Rejoindre notre collectif lui a permis de donner teintes et formes nouvelles à l’étage des figures. Son appartement s’est peu à peu métamorphosé en espace poétique, immersif et coloré avec un certaine mélancolie

 

.

 

Youri

Benjamin Gozlan: peinture

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Youri – Benjamin Gozlan  / photo©PatrickDubois

Benjamin Gozlan fait de la peinture sur chassis dans son atelier-logement en face de la mairie d’Ivry. L’idée de venir travailler à même les murs lui a inspiré une fresque.

 

La maison protège le rêveur

Siré Camara et Jonathan Vacaresse et deux classes de l’école Joliot curie : 
peinture-sculpture

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : La maison protège le rêveur _ Siré Camara et Jonathan Vacaresse / photo©Patrick Dubois

Siré camara, jeune artiste Ivryenne a invité Jonathan Vacaresse dans l’appartement qu’elle occupe à l’étage des figures. Tous deux sont étudiants à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy, en 2eme et 3ème année. à partir d’images trouvées, photographies dessins, lettres, ils ont interrogé dans ce F3 du 4éme étage le lien entre le réel et l’imaginaire dans la vie quotidienne.

La cité est une Mamma

Isabelle Gros – Bellou : scultpture, installation

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : La cité est une mamma – Bellou / photo©PatrickDubois

Bellou pratique une sculpture figurative avec des matériaux classiques (plâtre bronze) dans un bel atelier au bout d’un jardin à Ivry. Pour son installation à Gagarine dans la salon de cet appartement du 4eme qu’elle partage avec deux amies, Bellou nous propose une Sculpture énorme réalisée en tranche de polystyrene en hommage aux femmes de la cité, à leur dynamisme, solidarité et ténacité afin de vivre mieux tous ensemble. La Mamma est accompagnée du poème «Ma cité a une âme» de Yakhou Bellouazani, ex-habitante de la cité .

Le monde bouscule le monde, les temps transforment les vies

Françoise Lepaulmier : peinture, installation

Double Face / Le voyage de Gagarine
petite chambre : Françoise Lepaulmier / photo©Patrick Dubois

Ici un arbre est planté au milieu de la pièce, ses feuilles représentent des dizaines de portraits dessinés au fil des allers et venues des visiteurs qui peuvent en emporter un.. Danc cette petite chambre, Françoise Lepaulmier a raconté l’histoire d’Angélo, un jardinier portugais inventé dans la vie rêvée de la cité Gagarine.  Le passage d’Angélo est l’occasion d’évoquer une de ces hsitoires d’immigrés venus en France pour trouver une vie plus libre, plus généreuse et plus tolérante.

Jijo

Kate Arslanian : fresque

Double Face / Le voyage de Gagarine
Chambre : Jijo – Kate Arslanian r / photo©Patrick Dubois

Kate Arslanian, artiste parisienne invitée comme Françoise par Isabelle-Bellou, s’est installée dans la chambre du fond. Une couleur gris-bleutée très douce a envahi l’atmosphère. Kate a souhaité rendre hommage aux habitants en exprimant une danse, une sorte de ronde, un tourbillon lors une fête de la saint-jean…
L’expérience du Voyage de Gagarine a été surtout l’occasion pour Kate de ressentir une grande liberté d’expression, en créant directement sur le bâti

 

Fantômes 5eme étage

Les artistes de l’étage des fantômes tentent de saisir les signes qui subsistent peut être entre ces murs. Une créature destructrice, la moiteur d’un rêve dans l’espace, des cellules colorées tourbillonantes, des vapeurs onirique dans une pénombre étrange ou encore des scènes animées de fictions domestiques un peu décalées.

 

Passe-muraille

Gilles Hirzel  : sculpture

Double Face / Le voyage de Gagarine
Passe muraille – Gilles Hirzel / photo©PatrickDubois

Gilles Hirzel est président de la compagnie des Oeillets, peintre et sculpteur, c’est une des premières personnes que nous avons rencontré. Il nous a, par la suite, présenté une partie des artistes présents dans Le Voyage de Gagarine.
Intervenir librement sans contraintes a été très stimulant pour Gilles. Le monstre passe muraille qu’il a créé s’est imposé comme une créature d’énergie, un mécanisme désintégrateur de particules figé dans le temps et l’espace.

 

Cosmos A52

Ghislaine Escande et Damien Charron: installation visuelle et sonore

Double Face / Le voyage de Gagarine
Ghislaine Escande – Cosmos A52 /  photo©PatrickDubois

Damien Charron, compositeur et directeur d’un conservatoire était une connaissace de Gilles hirzel et avait eu l’occasion de venir jouer ses compositions à la compagnie des oeillets, lieu d’échange artistique. A l’étage des fantômes, Damien a proposé un travail avec de jeunes Ivryens du centre de loisirs du petit Robespierre pour lesquels il avait préparé une partition à explorer ; bruits du trains, murmures de fantômes et annecdotes domestiques du quotidien.

Guislaine Escandre est une artiste Yvrienne vivant dans un atelier-logement de l’ancienne usine Yoplait, comme quelques autres artistes du Voyage. Guislaine a rencontré Damien et a proposé une installation complémentaire, très visuelle, celle de mettre en scène un horizon cosmologique avec des dizaines de planètes ou exoplanètes. Sur les murs, les lés de papier de riz révèlent des pluies d’étoiles et semblent flotter dans l’obscurité.

 

Camarades, nous les enfants d’hier

Seth one : graff, intallation

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Seth One / photo©PatrickDubois

Seth one est venu avec la bande du «village» d’ivry et à l’habitude de travailler dans l’espace urbain. Pour cet étage des fantômes, Seth one a proposé des formes assez organiques comme les éléments d’un corps qui auraient poussé de manière un peu anarchique à partir des traces et particules laissées en pâture aux murs de Gagarine.

Alice, quitte ton spoutnik !

Pascal Gorand : installation vidéo

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Alice, quitte ton spoutnick !  –  Pascal Gorand / photo©pascalGorand

Pascal Gorand, réalisateur. a proposé une installation à trois écrans projetés dans plusieurs espaces de l’appartement où jonchent des affaires et des cartons de déménagement. Les écrans se répondent, apparaissent, disparaissent et jouent avec le spectateur.
Pascal crée une intéractivité avec les visiteurs en les faisant réagir en direct face de ses personnages, une soeur et un frère.

 

 

 

 

Mémoire de nos rêves

Francois Xavier Martin, Gonzalo Corvalan, Sabine artmann : Photographie, odorama

Double Face / Le voyage de Gagarine
Chambre : Mémoires de nos rêves – Gonzalo Corvalan, Sabine Artmann et FX Martin / photo©PatrickDubois

 

Gonzalo Corvalan, photographe, Sabine Artmann, plasticienne et François-Xavier Martin, architecte, tous trois Ivryens sont arrivés avec un portfolio d’images étranges, des photographies composées d’objets miniatures, tissus, coquillages, bijoux, jouets pour enfants….
L’ensemble offrait une atmosphère un peu inquiétante et énigmatique flottant entre le rituel d’une communauté non identifiée et une mise en scène fétichiste. L’objectif des artistes était d’exprimer un univers onirique. Ainsi, les pièces ont été plongées dans une pénombre aux teintes sourdes avec beaucoup de petits points lumineux et des odeurs ambrées. L’appartement plongé dans le  mystère a donné aux images tout leur caractère étrange.

 

MIRAGES 6eme étage

Immersion dans des lieux imaginaires, mondes fictionnels, déstructurés. Dans cette atmosphère apocalyptique, flottant dans un espace indéfini, perdu, l’Homme se met en quête d’une connexion avec tout l’univers à la recherche de repères pour échapper au cataclysme grandissant.

 

Tout l’univers

Fabienne Retailleau : installation visuelle et sonore

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon :Tout l’univers – Fabienne Reatilleau / photo©PatrickDubois

 

Fabienne Retailleau metteuse en scène et plasticienne habite Vincennes et connait bien Ivry et son réseau d’artistes. Fabienne a découvert le bâtiment A de la cité Gagarine et trouvé des objets, mobiliers, vêtement s et surtout les rideaux qui ont constitué le point de départ de son installation. le studio du 6eme étage de Fabienne s’est transformé en laboratoire visuel et sonore à partir des récits inspirés de la cité. Les textes, enregistrés en collaboration avec la technicienne son Léa Chevrier, ont été joués et/ou lus par les artistes de Gagarine et des habitants d’Ivry.

Exenno = Experience Energie Noire

Vincent Bargis et Steeve Pitocco, Jéremy Marais, installation, collage optique, photographie.

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon ; Exenno – V. Bargis, J.Marais, S. Pitocco : photo©Patrick Dubois

Vincent Bargis, Steve Pitocco et jéremy Marais sont trois artistes qui viennent de l’atelier «Le village» à Ivry. Ils ont investis le 6eme étage, en présentant un espace digne d’un décor de science fiction, murs rongés par des réseaux tentaculaires, cabinet du savant fou et liaisons lumineuses en rhizomes. Les grandes images d’atmosphère post-industrielle de Jeremy Marais, les installations de capsule bricolée et peintures colorées de steve Pitocco et les matières et collages optiques de Vincent Bargis, composent une installation immersive.

Voyage intérieur

Filipe Vilas Boas : installation

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Voyage intérieur – F.Vilas Boas / photo©StephaneAsseline

Filipe Vilas-Boas est un artiste qui vit dans une ex-grande usine Yoplait réhabilitée en ateliers-logements proche de la cité Gagarine de l’autre côté des rails. Filipe est intéressé par nos usages des technologies et leurs implications éthiques et esthétiques. Son intervention intitulée “Voyage Intérieur” consistait en un détournement des paraboles abandonnées par les anciens habitants en plusieurs installations. À la fois symbole et marqueur social des HLM et instrument technique tourné vers l’espace, la parabole est symboliquement en lien direct avec Youri Gagarine qui est venu voir la cité et ses habitants en 1963. Cette étape fastueuse de la conquête et de l’expansion spatiale humaine contraste de fait avec la restriction spatiale des locataires des grands ensembles. Collectées aux fenêtres des appartements, les antennes ont donc été détournées de leur fonction initiale pour servir d’outil d’exploration temporelle, sociale et spatiale de la cité. Un voyage intérieur tourné vers les souvenirs des habitants et leur traitement médiatique.

Le règne de Gagarine

Cedric Delsaux : photographie

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Le règne de Gagarine – C. Delsaux / photo©PatrickDubois

Cédric Delsaux, photographe ivryen réside aussi dans l’ancienne usine Yoplait aux côtés de filipe, Ghislaine et Fakele. Il est venu nous rencontrer avec des images plutôt sophistiquées et fascinantes, comme des paysages imaginaires chargés d’un monde où la technologie aurait enseveli l’humain. En venant explorer les 376 appartements abandonnés de Gagarine, Cédric à initié un travail sur les traces et les vides laissées par les habitants.
Il s’est embarqué dans un voyage au creux des interstices, vestiges et empreintes sur et entre les murs de la cité. Peu à peu, il a construit un récit s’appuyant sur le mythe de la cité et évoluant au gré d’un contexte imaginaire : Le règne de Gagarine.

G.Wings

Bastard crew : graff

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : G.Wings – BSTD / photo©PatrickDubois

 

L’association BSTD est un groupe de jeunes artistes vitriots travaillant en collectif depuis 2012 sur des sites urbains désaffectés ou au cœur de la ville.
Le collectif est particulièrement intéressé par les transformations urbaines et les fragments de l’histoire des habitants qui subsistent et de l’importance de les souligner dans une œuvre artistique.

 

CIEL 7eme étage

C‘est la fin du voyage ou le début d’une nouvelle expérience encore inconnue. Deux espaces s’exposent face au ciel, le premier constellé d’étoiles et l’autre n’est autre que l’engin du départ. Il s’agit de la capsule, décor d’un film dans lequel le personnage du Jeune Youri décide de survivre.

 

 

Décor du long métrage « Gagarine »

de Jeremy Trouilh et Fanny Liatard : décor d’une scène

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : Décor du long métrage Gagarine – F. Liatard et J Trouilh / photo©PatrickDubois

Au 7e nous découvrons «La capsule centrale» du décor du long métrage Gagarine. Youri. a 17 ans, il rêve d’espace, et lorsqu’il se retrouve seul dans sa cité abandonnée, il décide de rester y vivre en
se construisant une capsule de survie à l’intérieur des appartements vides, en s’inspirant de l’habitat spatial.

Long métrage tourné par les réalisateurs, Fanny Liatard et jéremy Trouilh qui ont réalisé le court métrage diffusé au 1er étage (Terre)

 

Гага́рин

rOnd : graff

Double Face / Le voyage de Gagarine
Salon : rOnd / photo©PatrickDubois

rOnd  habite juste à côté de la cité Gagarine et a vu qu’il s’y passait quelque chose, Il.a donc rejoint le collectif  et a atterri au 7 eme et dernier étage du voyage.
rOnd est graffeur et investi souvent des lieux urbains à Ivry ou ailleurs travaille l’espace pour y laisser sa signature..
Il pratique l’anamorphose, image volontairement déformée qui lorsqu’on la regarde sous un angle particulier se dévoile dans sa totalité.
C’est ainsi que rOnd nous propose de découvrir Youri Gagarine en alphabet cyrillique dans cet ultime studio où une baignoire a été laissée par les productions Haut et court, décor du film ou le personnage youri prenait ses bains.

 

Direction artistique et coordination : Virginie Loisel

Production EPA ORSA / Grand paris aménagement  /Aline Lunven- Zineb Amrane

retour à la page de présentation du projet

Les Ateliers Van Gogh // Garges-lès-Gonesse – 2019

Ateliers – éducation à l’image et arts plastiques

Les ateliers se déroulent les mercredis de 14H00 à 17H30 aux Ateliers Van Gogh, 16 rue Van Gogh dans le quartier de la Dame Blanche Nord. Différentes techniques sont abordées tout au long de l’année – sur inscription – Gratuit + adhésion association 6€ / famille pour l’année d’octobre à juillet.

Inscription 2019- 2020 / mercredi 4 octobre 2019

Peinture – toiles grand format

photographie et vidéo – courts métrages

Collages et expérimentations plastiques

loisirs créatifs

Fabriquer sa pochette avec une brique de lait

 

Les fêtes et actions culturelles à Garges

Le carnaval

Fête de la propreté

Courts toujours au cinéma Jaques Brel

Visite guidée à Garges avec Catherine Roth, ethnologue et la bibliothèque Elsa Triolet

 

Les sorties culturelles ailleurs

Le palais de la porte dorée à Paris12 eme

Sortie à la cinémathèque à paris 12 eme

Sortie au Mac Val à Vitry

Sortie au musée d’art moderne de la Ville de Paris

 

 

Les Ateliers Van Gogh // Garges-lès-Gonesse

 Atelier d’expression artistique dans le quartier Dame Blanche Nord, au 16 Rue Van Gogh.

Les ateliers d’éducation artistique et culturelle sont proposés régulièrement au public gargeois en particulier les jeunes habitants de Dame Blanche Nord, quartier en rénovation urbaine dans lequel nos nouveaux locaux sont implantés.

Les techniques disponibles sont la photographie, la vidéo, la sculpture, le dessin, collages, peintures…Il concerne les jeunes de 6 à 15 ans mais s’ouvrira progressivement à d’autres publics.

Informations sur demande par mail : contact@doubleface.org

voir : Les atelier Van Gogh 2019

OUVERTURE 2018

Début 2018 : PRÉPARATION

Avant toute chose, honneur aux jeunes du quartier qui ont fait les travaux de notre local lors d’un chantier d’insertion organisé par L’OPEJ, IMAJ, soutenu par la Ville et financé par I3F.

PRÉFIGURATION

Projet : NE PAS DÉPASSER LES LIGNES, hiver-printemps 2018

Pour mettre en œuvre la préfiguration des ateliers Van Gogh dans le quartier entre avril et juin 2018, nous avons accueilli une jeune artiste Valentine Chauvet. Durant quelques mois, Valentine, artiste-stagiaire chez Double Face, étudiante en Master professionnel, Artiste intervenant: Art et action sociale, (Université Bordeaux Montaigne) a proposé un projet : Ne pas dépasser les lignes

L’équipe 2018  de Double face (Lucy Lagesse, Laury Sam et Jonathan Vacaresse encadrés par Virginie Loisel), l’a donc accompagné sur des ateliers  avec la technique de fresques et croquis scotchés, d’abord à l’extérieur sur les murs et gravats du quartier puis à l’intérieur dans nos locaux. elle a travaillé sur le thème de la Ville imaginaire, projet qui s’inscrit parfaitement avec les enjeux de rénovation urbaine du quartier de la Dame Blanche, invention, destructuration, transformation.

Ci-dessus, fresque à l’extérieur puis à l’intérieur sur un mur du local et ci-dessous intervention-transformation sur des images du quartier à l’adhésif.

 

livret à consulter :  -NE PAS DÉPASSER LES LIGNES

PHOTO-GRAPHISME

Lucy Lagesse et Laury Sam avant que nous nous installions dans les locaux de la Rue Van Gogh, ont arpenté le quartier et ont expérimenté les photo-graphismes

photos + plastiques transparents. Ces explorations ont permis à Lucy de découvrir la quartier, puis de s’installer provisoirement dans le local de l’opej et d’initier un atelier photo-graphisme avec les jeunes qui passent par là.

D’autres ateliers ont été ensuite proposés  aux participants par chacun. Ces expérimentations plastiques ont permis aux jeunes habitants de venir régulièrement pour découvrir des techniques. Les jeunes du quartier, un peu livrés à eux-même ont tout de suite trouvé refuge aux ateliers et sont venus en nombre très régulièrement.

Voir aussi le projet chroniques d’un quartier en reconstruction qui se déroule à Dame Blanche Nord à Garges-lès-Gonesse

Inauguration en Images

2018 – À la recherche des Talismans / villiers-le-bel (95)

Dans le cadre du projet en partenariat avec l’association La Case : Rallye des solidarités 2018, tout est possible, l’association Double face a proposé une exposition de sculptures que nous avons définies comme des talismans. Ces objets nous ont été inspirés du travail de notre volontaire en Service civique, Jonathan Vacaresse, étudiant à l’ENSAPC (Paris-Cergy). Ses volumes s partir de branches et de laine s’apparentant au travail de l’artiste Judith Scott, sont apparus comme un geste artistique qui pouvait fédérer les participants du Rallye des solidarités organisé par l’association La Case.

Ces objets singuliers peu à peu créés par les collégiens et écoliers de Villiers-le-Bel se sont chargés d’affects et de magie protectrice. Ces sculptures ont été installées dans trois clairières du bois du Champs-des-possibles, un espace préservé et naturel de Villiers-le-Bel vers le quartier Puits de la Marlière. Voici une sélection de cinquante d’entre eux accompagnés des vertus ou protection que les enfants et les adolescents leur ont donné.

 

2018 – Souvenirs de mon école // Paris 12

Souvenir de mon école, une enquête visuelle et sonore sur l’évolution des écoliers à travers l’environnement et les objets.

Ce projet est né du souhait de fédérer les expériences, les savoirs-faire et les besoins de trois associations  : Arpavie, Délidémo et Double Face.

La première est un établissement médico-social, accueillant des personnes âgées valides et autonomes de plus de 60 ans, la deuxième, une association dont l’objet est de promouvoir l’accès à la lecture pour tous et enfin la troisième, c’est double face qui élabore des actions artistiques, culturelles, pédagogiques et éducatives vers un public plutôt jeune. Ce projet est donc l’idée de réunir une action d’éducation artistique pour de jeunes enfants dans le cadre scolaire (une classe de CP) avec une action autour de l’écriture et du livre qui engage les résidents d’une Résidence Autonomie sur un projet-mémoire.

L’objet est de créer des ponts, de tisser des liens entre deux établissements du quartier Vallée de  Fécamp (Paris12 eme  ) que tout oppose. L’enjeu de « Souvenirs de mon école » a su favorisé la lutte contre l’isolement en effacer leur sentiment d’inutilité tout en célébrant le vivre ensemble. Nous pensons que valoriser la vieillesse dans notre société, en l’associant à la sagesse et la transmission est la meilleure manière de développer l’écoute, la curiosité et le respect chez les jeunes enfants. Les séniors se retrouvent acteurs de leur vie à travers un récit qui capte l’attention des petits, cette relation créera un lien fondamental, celui d’être vivant et de valoriser ses expériences et ses émotions.

Un cahier de bord a été édité pour retracer l’expérience en octobre 2018 :

cliquer sur le lien ci-après pour voir le livret en pdf    0000_livret_17X22cm_FINAL_OK

Un film a été réalisé sur l’expérience et offre les témoignages de trois résidents des Solanacées :

durée 14′

Souvenirs de mon école from DF on Vimeo.

Préambule : La lettre des enfants adressée à leur correspondants

Pour mettre le pied à l’étrier, les enfants âgés de  6 ans de l’école de la brèche aux loups ont envoyé aux résidents des Solanacées un diaporama avec les images réalisées par leurs soins et leur environnement commenté (atelier d’écriture).

cliquer sur le lien ci-après pour voir le diaporama commenté : lettre aux résidents des Solanacees

Les étapes du projet

Les photo-collages des enfants

Ce projet a été soutenu par la fondation SNCF,

La Direction de l’action sociale, de l’enfance et de la santé (DASES)

La Mairie de Paris

La Mairie du 12ème arrondissement

L’Association ARPAVIE

Projet en cours – Objets réinventés // Paris 20

Objets réinventés, réalisation de personnages en volume avec des objets recyclés

et création d’une fiction

L’atelier sculpture s’est construit durant l’année 2017 avec l’intention de prêter attention aux objets que nous jetons et qui peuvent être parfaitement recyclés dans une démarche créative. Nous avons récolté des objets  mis au rebut grâce à notre partenariat avec Emmaüs Coup de main qui a mis à disposition des objets à recycler accumulés  dans un grand hangar porte de la Chapelle. Des milliers d’objets étaient stockés là et représentaient un potentiel inespéré pour notre atelier. Des fragments d’objets, des ustensiles de ménage, de cuisine, des jouets, des livres, des lampes etc…

Avec différents intervenantes Carla Magnier, Aleksandra Odzioba de janvier à juillet et surtout Aurelia Garay  depuis septembre 2017, nous avons accompagné nos apprentis sculpteurs à transformer les objets en personnages de fiction avec de la pâte à modeler et du fil de fer souple.

Nous avons construit nos ateliers avec nos partenaires locaux de Paris 20 ème : l’EPDJ, Davout Relais, la bibliothèque Assia Djebar, la Cabane Davout, et Davout Relais…

(dont voici le lien  pour découvrir les animations pour le dernier stage en octobre 2018

Voici quelques histoires imaginées par nos jeunes participants dans les locaux de Davout-Relais

 Mexipote cherche un ami par Lina

Le fils de Monsterdouble par Sandra

Le monde selon Dragonsawa par Tanoh

Le monstre des mers par Lilia

Le concours de cuisine par khalil

La frontière par Nouha

Aliénatrice par Lina

Lucy se sent seule par Fatoumata

Sourygirl et superboy par Nouha

 Le combat d’escargotorche par Khalil

Le mariage fatal par les jeunes de l’EPJD