Rentrée 2018 : Ouverture des Ateliers Van Gogh // Garges-lès-Gonesse

Ouverture d’un Atelier d’expression artistique dans le quartier Dame Blanche Nord, au 16 Rue Van Gogh.

Les ateliers d’éducation artistique et culturelle sont proposés régulièrement au public gargeois en particulier les jeunes habitants de Dame Blanche Nord, quartier en rénovation urbaine dans lequel nos nouveaux locaux sont implantés.

Les techniques disponibles sont la photographie, la vidéo, la sculpture, le dessin, collages, peintures…Il concerne les jeunes de 6 à 15 ans mais s’ouvrira progressivement à d’autres publics.

PRÉPARATION

Avant toute chose, honneur aux jeunes du quartier qui ont fait les travaux de notre local lors d’un chantier d’insertion organisé par L’OPEJ, IMAJ, soutenu par la Ville et financé par I3F.

PRÉFIGURATION

Projet : NE PAS DÉPASSER LES LIGNES, hiver-printemps 2018

Pour mettre en œuvre la préfiguration des ateliers Van Gogh dans le quartier entre avril et juin 2018, nous avons accueilli une jeune artiste Valentine Chauvet. Durant quelques mois, Valentine, artiste-stagiaire chez Double Face, étudiante en Master professionnel, Artiste intervenant: Art et action sociale, (Université Bordeaux Montaigne) a proposé un projet : Ne pas dépasser les lignes

L’équipe 2018  de Double face (Lucy Lagesse, Laury Sam et Jonathan Vacaresse encadrés par Virginie Loisel), l’a donc accompagné sur des ateliers  avec la technique de fresques et croquis scotchés, d’abord à l’extérieur sur les murs et gravats du quartier puis à l’intérieur dans nos locaux. elle a travaillé sur le thème de la Ville imaginaire, projet qui s’inscrit parfaitement avec les enjeux de rénovation urbaine du quartier de la Dame Blanche, invention, destructuration, transformation.

Ci-dessus, fresque à l’extérieur puis à l’intérieur sur un mur du local et ci-dessous intervention-transformation sur des images du quartier à l’adhésif.

 

livret à consulter :  -NE PAS DÉPASSER LES LIGNES

PHOTO-GRAPHISME

Lucy Lagesse et Laury Sam avant que nous nous installions dans les locaux de la Rue Van Gogh, ont arpenté le quartier et ont expérimenté les photo-graphismes

photos + plastiques transparents. Ces explorations ont permis à Lucy de découvrir la quartier, puis de s’installer provisoirement dans le local de l’opej et d’initier un atelier photo-graphisme avec les jeunes qui passent par là.

D’autres ateliers ont été ensuite proposés  aux participants par chacun. Ces expérimentations plastiques ont permis aux jeunes habitants de venir régulièrement pour découvrir des techniques. Les jeunes du quartier, un peu livrés à eux-même ont tout de suite trouvé refuge aux ateliers et sont venus en nombre très régulièrement.

Voir aussi le projet chroniques d’un quartier en reconstruction qui se déroule à Dame Blanche Nord à Garges-lès-Gonesse

 

2018 – À la recherche des Talismans / villiers-le-bel (95)

Dans le cadre du projet en partenariat avec l’association La Case : Rallye des solidarités 2018, tout est possible, l’association Double face a proposé une exposition de sculptures que nous avons définies comme des talismans. Ces objets nous ont été inspirés du travail de notre volontaire en Service civique, Jonathan Vacaresse, étudiant à l’ENSAPC (Paris-Cergy). Ses volumes s partir de branches et de laine s’apparentant au travail de l’artiste Judith Scott, sont apparus comme un geste artistique qui pouvait fédérer les participants du Rallye des solidarités organisé par l’association La Case.

Ces objets singuliers peu à peu créés par les collégiens et écoliers de Villiers-le-Bel se sont chargés d’affects et de magie protectrice. Ces sculptures ont été installées dans trois clairières du bois du Champs-des-possibles, un espace préservé et naturel de Villiers-le-Bel vers le quartier Puits de la Marlière. Voici une sélection de cinquante d’entre eux accompagnés des vertus ou protection que les enfants et les adolescents leur ont donné.

 

2018 – Souvenirs de mon école // Paris 12

Souvenir de mon école, une enquête visuelle et sonore sur l’évolution des écoliers à travers l’environnement et les objets.

Ce projet est né du souhait de fédérer les expériences, les savoirs-faire et les besoins de trois associations  : Arpavie, Délidémo et Double Face.

La première est un établissement médico-social, accueillant des personnes âgées valides et autonomes de plus de 60 ans, la deuxième, une association dont l’objet est de promouvoir l’accès à la lecture pour tous et enfin la troisième, c’est double face qui élabore des actions artistiques, culturelles, pédagogiques et éducatives vers un public plutôt jeune. Ce projet est donc l’idée de réunir une action d’éducation artistique pour de jeunes enfants dans le cadre scolaire (une classe de CP) avec une action autour de l’écriture et du livre qui engage les résidents d’une Résidence Autonomie sur un projet-mémoire.

L’objet est de créer des ponts, de tisser des liens entre deux établissements du quartier Vallée de  Fécamp (Paris12 eme  ) que tout oppose. L’enjeu de « Souvenirs de mon école » a su favorisé la lutte contre l’isolement en effacer leur sentiment d’inutilité tout en célébrant le vivre ensemble. Nous pensons que valoriser la vieillesse dans notre société, en l’associant à la sagesse et la transmission est la meilleure manière de développer l’écoute, la curiosité et le respect chez les jeunes enfants. Les séniors se retrouvent acteurs de leur vie à travers un récit qui capte l’attention des petits, cette relation créera un lien fondamental, celui d’être vivant et de valoriser ses expériences et ses émotions.

Un cahier de bord a été édité pour retracer l’expérience en octobre 2018 :

cliquer sur le lien ci-après pour voir le livret en pdf    0000_livret_17X22cm_FINAL_OK

Un film a été réalisé sur l’expérience et offre les témoignages de trois résidents des Solanacées :

durée 14′

Souvenirs de mon école from DF on Vimeo.

Préambule : La lettre des enfants adressée à leur correspondants

Pour mettre le pied à l’étrier, les enfants âgés de  6 ans de l’école de la brèche aux loups ont envoyé aux résidents des Solanacées un diaporama avec les images réalisées par leurs soins et leur environnement commenté (atelier d’écriture).

cliquer sur le lien ci-après pour voir le diaporama commenté : lettre aux résidents des Solanacees

Les étapes du projet

Les photo-collages des enfants

Ce projet a été soutenu par la fondation SNCF,

La Direction de l’action sociale, de l’enfance et de la santé (DASES)

La Mairie de Paris

La Mairie du 12ème arrondissement

L’Association ARPAVIE

Projet en cours – Objets réinventés // Paris 20

Objets réinventés, réalisation de personnages en volume avec des objets recyclés

et création d’une fiction

L’atelier sculpture s’est construit durant l’année 2017 avec l’intention de prêter attention aux objets que nous jetons et qui peuvent être parfaitement recyclés dans une démarche créative. Nous avons récolté des objets  mis au rebut grâce à notre partenariat avec Emmaüs Coup de main qui a mis à disposition des objets à recycler accumulés  dans un grand hangar porte de la Chapelle. Des milliers d’objets étaient stockés là et représentaient un potentiel inespéré pour notre atelier. Des fragments d’objets, des ustensiles de ménage, de cuisine, des jouets, des livres, des lampes etc…

Avec différents intervenantes Carla Magnier, Aleksandra Odzioba de janvier à juillet et surtout Aurelia Garay  depuis septembre 2017, nous avons accompagné nos apprentis sculpteurs à transformer les objets en personnages de fiction avec de la pâte à modeler et du fil de fer souple.

Nous avons construit nos ateliers avec nos partenaires locaux de Paris 20 ème : l’EPDJ, Davout Relais, la bibliothèque Assia Djebar, la Cabane Davout, et Davout Relais…

(dont voici le lien  pour découvrir les animations pour le dernier stage en octobre 2018

Voici quelques histoires imaginées par nos jeunes participants dans les locaux de Davout-Relais

 Mexipote cherche un ami par Lina

Le fils de Monsterdouble par Sandra

Le monde selon Dragonsawa par Tanoh

Le monstre des mers par Lilia

Le concours de cuisine par khalil

La frontière par Nouha

Aliénatrice par Lina

Lucy se sent seule par Fatoumata

Sourygirl et superboy par Nouha

 Le combat d’escargotorche par Khalil

Le mariage fatal par les jeunes de l’EPJD

Échos dans le quartier – 16 et 17 septembre 2017- Journées du Patrimoine Cormeilles-en-Parisis

Les 16 et 17 septembre, Double Face propose une exposition-promenade à travers les quartiers Champs Guillaume et Bois Rochefort à Cormeilles-en-Parisis

Exploration photographique et sonore  Champs-Guillaume / Bois-Rochefort

 Virginie Loisel, recueil de témoignages (audioguides)

Patrick Dubois, photographies
(argentiques, numériques, instantanés, sténopés… Impression sur panneaux 120 cm x120 cm)

Nous vous proposons sur cette page de faire la promenade images et sons

000-Introduction

0001-Autour du beffroi

0002-Locataires et propriétaires

0003-Champs Guillaume sur plans

0004-Les sentes des Champs Guillaume


0005-Transformation vers les bois Rochefort

0006-Champs et campagne

0007-Ferme Lambert et Coquelicots

0008-Vie sociale aux champs Guillaume

0009-Fin de l’expo aux champs Guillaume et cheminement vers l’expo des Bois Rochefort

(balade sonore, témoignages des enfants de l’école des champs Guillaume)

0010-Place des Bois Rochefort dans Cormeilles

0011-Végétation et jeunesse

0012-Zone Restauration et commerces

0013-Peur du changement

0014-Problématiques d’extension

0015-Evolution et vie des Bois Rochefort

0016-It’s the place to be !

0017-Rendez-vous au théâtre Cormier

 

 

 

 

 

 

Exploration photographique et sonore du quartier Champs-Guillaume / Bois Rochefort par l’association Double Face
Présentation par Virginie Loisel et Patrick Dubois

La photographie, Patrick Dubois
La démarche est de traiter les objets urbains, le bâti et la végétation, comme des éléments sculpturaux. Chaque image est composée selon un protocole (choix d’optique et de points de vues), quelle que soit la taille de l’objet photographié.
La volonté est de questionner la perception des échelles et des récurrences formelles, de
mettre en scène une incertitude des lieux, propre à la flânerie.
Les séries d’images sont présentées sur des panneaux au format carré, de 100×100 cm.
La finalité du montage est de provoquer des rencontres plastiques inattendues. Les liens formels et significatifs assurent une cohérence dans l’assemblage de chaque série. Ces images sont issues de différents procédés photographiques, procédés dits « anciens» et numériques, avec ou sans optique, en référence à Daguerre (né à Cormeilles-en-Parisis en 1787).
Il s’agit de jouer avec ces techniques pour les assembler sur support numérique, de confronter la modélisation informatique avec les procédés dont ils sont inspirés. Les mixages techniques et formels proposent une représentation du quartier dont les repères géographiques sont brouillés.

La bande son, Virginie Loisel
En lien avec ces panneaux d’images, des audio-guides diffusent des bandes sonores, souvenirs d’habitants et sons contextuels, réalisées par Virginie Loisel. Une trame sonore est ainsi constituée des propos entrecroisés d’habitants de différentes générations, des échos de l’activité du quartier. Comme pour les images il s’agit de dérouler une flânerie sonore dans les souvenirs, choix, désirs d’habitants et les sons de leur quotidien dans le quartier.

Sonorama
« Une vidéo réalisée à partir des témoignages des enfants (et quelques adultes) des écoles Champs Guillaume, Saint Exupéry et Jules Verne est présentée sous forme de sonorama. Il s’agit d’un diaporama sonore construit à partir d’un atelier photo sur les lieux importants du quartier aux yeux des enfants. Ces images sont accompagnées de quelques séquences vidéo et photos réalisées par Virginie Loisel, inspirées par les paroles des enfants. De ces rencontres visuelles et sonores est née la balade  » Echos dans le quartier « .

 

Ce projet a été commandé et financé par :

 

Janvier 2017-L’invasion des créatures étranges // Garges-lès-Gonesse

Performance artistique dans l’espace urbain

le mercredi 25 janvier 2017

Ce jour là, un évènement inhabituel s’est déroulé à Garges …des êtres bizarres venus d’on ne sait où sont venus se poser dans l’espace public …

Ce drôle de peuple glacé s’est d’abord pavané sur la place de la Mairie devant les passants interrogatifs.

Puis ils se sont réfugiés en hauteur sur les branches nues des arbres de la ville et sont restés quelques semaines dans 3 quartiers :

LES DOUCETTES

AU ROND POINT DE L’ÉCOLE JEAN EFFEL

À LA MUETTE

Les créatures sont restées quelques semaines sur leurs branches glacées de l’hiver puis elles ont commencé à disparaître les unes après les autres jusqu’à la dernière…

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA FABRICATION DES CRÉATURES, cliquer ici