Archives pour l'Auteur : admin

Échos dans le quartier – 16 et 17 septembre 2017- Journées du Patrimoine Cormeilles-en-Parisis

Les 16 et 17 septembre, Double Face propose une exposition-promenade à travers les quartiers Champs Guillaume et Bois Rochefort à Cormeilles-en-Parisis

Exploration photographique et sonore  Champs-Guillaume / Bois-Rochefort

 Virginie Loisel, recueil de témoignages (audioguides)

Patrick Dubois, photographies
(argentiques, numériques, instantanés, sténopés… Impression sur panneaux 120 cm x120 cm)

Nous vous proposons sur cette page de faire la promenade images et sons

000-Introduction

0001-Autour du beffroi

0002-Locataires et propriétaires

0003-Champs Guillaume sur plans

0004-Les sentes des Champs Guillaume


0005-Transformation vers les bois Rochefort

0006-Champs et campagne

0007-Ferme Lambert et Coquelicots

0008-Vie sociale aux champs Guillaume

0009-Fin de l’expo aux champs Guillaume et cheminement vers l’expo des Bois Rochefort

(balade sonore, témoignages des enfants de l’école des champs Guillaume)

0010-Place des Bois Rochefort dans Cormeilles

0011-Végétation et jeunesse

0012-Zone Restauration et commerces

0013-Peur du changement

0014-Problématiques d’extension

0015-Evolution et vie des Bois Rochefort

0016-It’s the place to be !

0017-Rendez-vous au théâtre Cormier

 

 

 

 

 

 

Exploration photographique et sonore du quartier Champs-Guillaume / Bois Rochefort par l’association Double Face
Présentation par Virginie Loisel et Patrick Dubois

La photographie, Patrick Dubois
La démarche est de traiter les objets urbains, le bâti et la végétation, comme des éléments sculpturaux. Chaque image est composée selon un protocole (choix d’optique et de points de vues), quelle que soit la taille de l’objet photographié.
La volonté est de questionner la perception des échelles et des récurrences formelles, de
mettre en scène une incertitude des lieux, propre à la flânerie.
Les séries d’images sont présentées sur des panneaux au format carré, de 100×100 cm.
La finalité du montage est de provoquer des rencontres plastiques inattendues. Les liens formels et significatifs assurent une cohérence dans l’assemblage de chaque série. Ces images sont issues de différents procédés photographiques, procédés dits « anciens» et numériques, avec ou sans optique, en référence à Daguerre (né à Cormeilles-en-Parisis en 1787).
Il s’agit de jouer avec ces techniques pour les assembler sur support numérique, de confronter la modélisation informatique avec les procédés dont ils sont inspirés. Les mixages techniques et formels proposent une représentation du quartier dont les repères géographiques sont brouillés.

La bande son, Virginie Loisel
En lien avec ces panneaux d’images, des audio-guides diffusent des bandes sonores, souvenirs d’habitants et sons contextuels, réalisées par Virginie Loisel. Une trame sonore est ainsi constituée des propos entrecroisés d’habitants de différentes générations, des échos de l’activité du quartier. Comme pour les images il s’agit de dérouler une flânerie sonore dans les souvenirs, choix, désirs d’habitants et les sons de leur quotidien dans le quartier.

Sonorama
« Une vidéo réalisée à partir des témoignages des enfants (et quelques adultes) des écoles Champs Guillaume, Saint Exupéry et Jules Verne est présentée sous forme de sonorama. Il s’agit d’un diaporama sonore construit à partir d’un atelier photo sur les lieux importants du quartier aux yeux des enfants. Ces images sont accompagnées de quelques séquences vidéo et photos réalisées par Virginie Loisel, inspirées par les paroles des enfants. De ces rencontres visuelles et sonores est née la balade  » Echos dans le quartier « .

 

Ce projet a été commandé et financé par :

 

2017 – Classe à PAC / École de la brèche aux loups / 750012 Paris

Voyage autour de mon quartier, une visite guidée imaginaire
de ma vie quotidienne

Les enfants de la classe de CE1 d’Anne Cécile Nicolaï  à l’école de la brèche aux loups ont participé à un atelier d’ « écriture photographique » proposé par Virginie Loisel  assistée d’Aleksandra Odzioba pendant quelques mois.

Les enfants ont Repéré des lieux autour et dans l’école, munis d’un appareil photo, ils ont réalisé des prises de vues, cadré des détails nichés dans les recoins de l’espace urbain capables d’enclencher le récit de la ville imaginaire.

Voici leurs récits ( cliquer sur l’image pour voir le diaporama)

Awa en cinq pièces, Zakarya, Nola, Louise, Rohit Kanta, Guerlive, Hector, Guillasse et Noémie, Mohamed, Lucie, Artem,  Adama et Ishak en six pièces

 

Artem et Amélie, en sept pièces

Alice, Nolan, Hélène et Léna en huit pièces

Et enfin, Naël en quatorze pièces

Les étapes du travail

1- Comprendre le plan du quartier / repérer le chemin de la maison l’école

2- Production d’écrits : décrire son trajet en décrivant les détails qui intriguent

3- Apprendre à observer et à cadrer : Prises de vue dans l’école

4- Observation et analyse collective des images et élaborer un titre ou une légende pour chaque image.

5- Prises de vue dans le quartier puis analyse et titrage

4- Les titres sont tirés au sort, trois titres chacun minimum (on peut retirer plusieurs fois)

5- Les enfants inventent une histoire à partir des titres et des images.

6- On découvre chaque séquence mots et images, on ajuste et on expose

L’exposition dans le couloir de l’école

Voyage autour de mon quartier, une visite guidée imaginaire de ma vie quotidienne a été financé par  :

 

2017-1018 – en cours – Dame Blanche Nord, chroniques d’un quartier en reconstruction // Garges-les-Gonesse

La Dame Blanche Nord ou Zone 4 / Garges-lès-Gonesse

Le quartier dit de la Dame Blanche Nord est le dernier des quartiers de Garges-les-Gonesse à bénéficier d’une rénovation urbaine conséquente.

En attendant la métamorphose, ce quartier est plongé dans une période de longue mue avec ses incertitudes, ses questionnements mêlés d’un sentiment inconfortable entre chantier  envahissant, crainte du changement et besoin urgent de transformation et de condition de vie.

Il nous semble intéressant d’accompagner les habitants de ce quartier à évoquer la mémoire de ce quartier sur le point de disparaître mais aussi de valoriser le patrimoine qui va rester et la vie collective en devenir. Nous réaliserons différents supports du film d’animation au documentaire d’entretiens d’habitants en passant par la fiction. Nous pourrons aborder des thèmes aussi variés que la solidarité entre les habitants, la métamorphose de certains lieux, les zones mystérieuses…

De nombreuses archives sont à notre disposition avec le partage de documents avec beaucoup d’acteurs du quartier et aussi à la mise en place d’ateliers vidéo menés par double face depuis 2005 dans ce quartier près de la gare. De multiples partenariats pourront être établis avec les associations locales, L’OPEJ, Mixages, L’amicale des locataires, le Centre social Corot, les établissements scolaires afin de mettre en place six projets de création audiovisuelle sur le thème de la mémoire et la vie du quartier.

Ce projet à multiples entrées propose à des habitants, groupe d’habitants et structures de collaborer, participer à une réalisation audiovisuelle dont l’objet est de faire le portrait du quartier Dame blanche Nord. Entre 6 et 8 projets de réalisation sont proposés.

Dans un second temps (fin 2018) ces séquences vidéo seront intégrées à un webmedia structuré en arborescence qui permettra au spectateur de se frayer un chemin à partir de clefs-thématiques intéractives. Cette forme permettra de prolonger, d’enrichir et d’approfondir les différentes facettes du quartier relier aux autres quartiers de la ville.

Les ateliers en cours

L’atelier Image & Sons est ouvert aux d’habitants désireux de co-réaliser un film ou participer à une oeuvre collective sur un thème personnel. Chaque projet de film est l’objet d’un suivi pas à pas entre les intervenants et l’habitant (ou le groupe d’habitants).

Groupe 1

La vie de Samira dans le quartier (avec Virginie Loisel et Mariette Duguet)

Thématiques : Relogement-Vie quotidienne- Les lieux de références du quartier, histoire des associations actives ou passées (Oasis, Mosaïque)- Engagement associatif (Mixages)- l’espace Fragonard-

Groupe 2- Plusieurs projets

Les jeunes de l’OPEJ  avec Lucas Khamvongsa, Lucy Lagesse et Mariette Duguet (Double face)  coordonné par Juliette Fressonet.

Selon évènements:

-Portraits de jeunes (Majid, Laurie…), regard sur les « jeunes talents » du quartier

Thématiques : parcours individuel, avenir, souvenirs, perspectives du quartier, lieux emblématiques (école, boxing club), imaginaire, parabole, humour, talents

Groupe 3

Madame Chappuis et l’amicale des locataires. Rencontres les jeudis matin + évènements dans le quartier. (avec Virginie Loisel et Mariette Duguet)

Le quartier en devenir : Radiographie d’un quartier en reconstruction

Thématiques : Diagnostic en marchant- Point sur l’évolution du quartier- mémoire

Groupe 4

Victor hugo- plusieurs projets

Un atelier avec la classe de CM2 de Marie Laure Goehringer se tient tous les mardis. (avec Virginie Loisel et Mariette Duguet)

Les élèves aprennent à cadrer puis réalisent des photographies de différents lieux, détails, curiosités glanées dans le quartier. (deux autres classes participeront au projet à partir de la rentrée)

Thématiques : imaginaire, mémoire, jeu, promenade, intrigue

D’autres projets sont en cours de réflexion.

Extraits du projet en cours avec la classe de Marie Laure Goehringer

                       

Projet en cours 2017-2018- Davout à nous // Paris 20

un web-média créatif sur le quartier de la tour du pin réalisée avec les jeunes de 10 à 20 ans / étape 1

Davout à nous, un projet sur deux années, 2017 et 2018
Davout à nous, une dynamique créée à partir du besoin des enfants de comprendre le monde des adultes et de poser des questions sur le monde qui les entoure.
Après les évènements tragiques qui ont secoué notre pays, particulièrement sa capitale et le 20ème arrondissement, l’appel à projet citoyenneté, laïcité et Valeurs de la République en 2015- 2016, a permis à l’association Double face de réfléchir à un projet ( toujours en cours de réalisation) intitulé Atelier d’expression multimédia, un « Web documentaire » sur le quartier Davout.
Cette plateforme intéractive évolutive, a permis d’initier un réseau de création, de réflexion et de débats autour de thèmes comme l’égalité fllles/garçons, les discriminations, ou simplement de s’interroger sur la notion de bonheur. Une dynamique de groupe avec les habitants du quartier a ainsi commencé à émerger autour de projections-débats présentées par les jeunes réalisateurs des ateliers en lien avec des professionnels et des habitants.

Une prise de conscience du langage des images qui nous entourent et l’acquisition d’outils.
L’univers quotidien des enfants est saturé d’images diffusées sur de multiples supports qui pénètrent la sphère publique et intime. Il nous semble essentiel de proposer aux jeunes une éducation du regard afin qu’ils soient conscients de ce qu’ils véhiculent, qu’ils réalisent que l’image et le son constituent un langage et une
construction. Au cours des séances de l’atelier les jeunes découvrent différentes écritures audiovisuelles. Ils sont ainsi confrontés à différents points de vue, et interrogent la notion d’image, en précisant leur regard sur les partis pris formels de ces oeuvres. C’est aussi une explorations artistique,une recherche et la possibilité d’acquérir des techniques. Découvrir les potentialités de la lumière, la focale, le mouvement permet aux jeunes enfants de développer un savoir faire et une certaine précision dans leurs intentions. Nous avons constaté une certaine demande d’apprentissage technique de la part des enfants qui promet une certaine précision dans la réalisation des oeuvres audiovisuelles.

Rassembler une collection d’explorations visuelles et audiovisuelles sur une plateforme intéractive
Cette envie de réaliser des vidéos et de de multiplier les explorations de l’image, la lumière, l’animation image par image, le stop motion, le light painting, sous des formats courts a entrainé le souhait de donner une visibilité à l’ensemble des ces documents : Mettre en oeuvre une Web TV intéractive.
Du flm d’animation en stop-motion jusqu’aux portraits-documentaires d’habitants en passant par le diaporama sonore expérimental. Ces écritures seront autant de documents et explorations artistiques qui enrichiront notre web media.

Les métiers de l’ère numérique
Les petits Réalisateurs, Photographes, Webmasters, Community managers, Graphistes en herbe apprendront avec un animateur qui coordonnera la plateforme à mettre en oeuvre et valoriser leur point de vues ainsi que d’affuter leur technique.

La mise en place d’un ciné-goûter-discussion
Les enfants de l’atelier proposent à tous les habitants famille et amis de venir découvrir un flm avec une des leur production en 1ère partie de leurs projets élaborés dans l’atelier une fois par mois. Cette projection peut donner lieu à une discussion sur des sujets parfois sensibles (flles / garçons, le repli sur soi,…)

Les ateliers
Différents ateliers seront mis en place dans les différentes structures locales que sont la Cabane Davout, Davout-relais, L’EPJ Davout, L’EPN et la future bibliothèque Assia Djebar .
1- Photographie dans tous ses états : Le light painting, le travail avec la lumière
2- Photographie et stop motion
3 – Techniques d’animation image par image
4- « Histoires contées » ou comment raconter une fiction avec le jeu de la caméra
5- Reportages, portraits, récits autobiographiques
6- Vidéodanse
7 – Reportages sur l’actualité

Davout à Nous et les partenaires locaux

1/ La Cabane Davout :
La cabane Davout est un lieu multi-associatif coordonné par Strataj’m, une association qui accueille les jeunes du
de tous âge autour de jeux de société. L’association Double face participe à l’action associative de ce quartier et propose les ateliers dans toutes les structures locales à la demande de celle-ci ou à l’initiative de Double Face depuis sa création en 2013 même si nous agissons sur toutes les structures.
3/ Davout-Relais :
Il s’agit de l’ancienne équipe bénévole du Centre social de la Croix Saint-Simon, suite à sa fermeture en 2013. Ils proposent aux familles l’aide aux devoirs, des activités d’éveil, des sorties de type loisirs et des expositions liées aux besoins éducatifs des enfants. Cette dernière association est axée sur les liens avec l’école et les apprentissages.
4/ L’EPN (l’Espace Publique Numérique) :
Cette structure associative propose un espace numérique à disposition des jeunes et des moins jeunes du quartier. Elle propose un accompagnement vers l’emploi et des activités ludo-éducatives tournées vers l’outil numérique.
6/ L’ Espace Paris Jeunes Davout
Espace de proximité dédié à la jeunesse qui accueille tous les jeunes parisiens entre 16 et 25 ans de manière gratuite. C’est un lieu de rencontres, de socialisation et d’animation.
Davout à Nous est donc un web media qui propose d’établir le portrait du quartier de la Tour du pin  à travers ses habitants.

Les reportages image, audio et vidéo, les portraits, les expériences visuelles sont menées par les intervenants Lucas Khamvongsa, Greg Rondet Lucy Lagesse et coordonnés par Virginie Loisel.

                                

2017 – 2018 – Jetuilelle – Garges-lès-Gonesse

 

Quartier des Doucettes / Garges-lès-Gonesse / Collège Henri Wallon

 Lutter contre les préjugés et les discriminations et les stéréotypes de genre
Je tu il elle est un projet de création et de sensibilisation qui s’est construit grâce à un partenariat avec le collège Henri Wallon dans le cadre d’une réflexion sur l’égalité des chances entre les filles et les garçons. L’association Double face a établi ce partenariat dans le cadre de l’appel à projet Citoyenneté, laïcité et Valeurs de la République et présente un atelier d’éducation à l’image pour permettre aux adolescents de réfléchir sur les relations filles/ garçons et plus largement aux valeurs de la citoyenneté tels que l’engagement, solidaire ainsi que la laïcité.

Virginie Loisel, vidéaste, plasticienne et enseignante en Art assistée activement  de Lucas Khamvongsa et de Ola Odzioba, étudiants en art de l’ENSACP, volontaires en service civique, en lien étroit avec Anne Blaquart, professeur de SEGPA au collège Henri Wallon, ont initié un atelier qui consiste à réfléchir sur ces thématiques à partir de l’analyse des médias qui nous entourent, les réseaux sociaux, le cinéma documentaire et de fiction, le film d’animation.

L’objectif est d’accompagner les jeunes gens à s’interroger plus particulièrement sur la question des stéréotypes de genres ainsi que la place de la femme dans la société en particulier dans la ville de Garges-les-Gonesse. Nous fabriquerons progressivement des outils visuels et audiovisuels pour déclencher une réflexion collective au sein du collège. Ces ateliers ont donc démarré dès septembre 2016 au collège avec 3 classes. Au terme de notre démarche, ils auront réalisé des films et des supports de communication qui déclencheront des débats sur des thématiques sensibles dans leur quotidien en lien avec le thème du « vivre ensemble » .

étape 1

Une exposition pédagogique du Conseil Général organisée par l’Atelier de restitution du patrimoine ethnologique (ARPE) intitulée « des métiers bons pour elles » a été  installée au CDI du 17 janvier au 1er février 2017. Les classes de SEGPA ainsi que toutes les classes intéressées du collège ont découvert l’exposition. Ces images compléter d’analyses, de chiffres, récits et témoignages a été l’occasion d’élargir nos investigations avec les adolescents avec la conduite d’enquêtes de type sociologiques d’ethnologie sur le thème du genre ainsi que d’autres supports audiovisuels.

Durant l’année scolaire 2016-2017, les adolescents de 3 classes de SEGPA ont bénéficié d’une séquence analyse des médias.

La classe de 4eme a été très réceptive aux langages de l’image en particulier dans le domaine de la publicité. Ils ont développé leur esprit critique, et ont réalisé la conception d’une campagne d’affiches sur la place des femmes et des hommes dans la vie quotidienne.

La classe de 6eme a bénéficié d’une initiation à l’animation image par image et a conçu plusieurs projets à partir de la création d’un story board révélant différentes situations sur le thème des relations filles/ garçons. Voici 6 petites animations montées en bout à bout dans une vidéo à consulter ci-dessous :

Enfin la classe de 3eme s’est penché sur les questions ainsi que les différentes problématiques que l’on pourrait poser pour organiser un débat dans le collège. Lors du 8 mars, journée internationale du droit des femmes, la classe a organisé une vote dans les classes dans le but de réaliser un sondage. Cet exercice nous a permis d’évaluer différentes valeurs comme la Force, le Courage, la tendresse, l’indépendance et la confiance. Ces valeurs sont-elles féminines, masculines ou partagées par les deux sexes selon les élèves du collège.

Les adolescents ont ensuite utilisé les résultats du sondage pour communiquer aux élèves du collège ce que représentent ces valeurs à travers des affiches de sensibilisation créées grâce à un travail en équipe soutenu.

étape 2

Les élèves de 3 eme SEGPA ont aussi expérimenté les techniques de l’interview. Ils ont proposé des questions, les ont posées à leurs camarades de classe puis à différents acteurs du collège comme les assistants d’éducation, les agents d’entretien ou les professeurs par exemple. Nous menons ainsi un réflexion théorique en classe et pratique sur le terrain, avec la conduite d’une enquête. Après avoir étudié l’ensemble des métiers représentés au collège ainsi que d’avoir recueilli des témoignages suscitant le débat et la polémique, les enquêteurs en herbe se rendront prochainement dans différentes structures et institutions gargeoises, le Centre social des Doucettes, La maison des Art, différents services municipaux (communication, jeunesse, personnes âgées…).  Le projet Jetuilelle continuera jusqu’à fin 2017 et se prolongera, nous l’esperons sur l’année 2018 en élargissant les thématiques ainsi que le public bénéficiaire.

 Le projet Jetuilelle a été financé par :

          

 

 

25 janvier 2017 – L’invasion des créatures étranges // Garges-les-Gonesse

Performance artistique dans l’espace urbain

le mercredi 25 janvier 2017

Ce jour là, un évènement inhabituel s’est déroulé à Garges …des êtres bizarres venus d’on ne sait où sont venus se poser dans l’espace public …

Ce drôle de peuple glacé s’est d’abord pavané sur la place de la Mairie devant les passants interrogatifs.

Puis ils se sont réfugiés en hauteur sur les branches nues des arbres de la ville et sont restés quelques semaines dans 3 quartiers :

LES DOUCETTES

AU ROND POINT DE L’ÉCOLE JEAN EFFEL

À LA MUETTE

Les créatures sont restées quelques semaines sur leurs branches glacées de l’hiver puis elles ont commencé à disparaître les unes après les autres jusqu’à la dernière…

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA FABRICATION DES CRÉATURES, cliquer ici

 

L’invasion des créatures étranges a été financé par :

    

2016 – Les ateliers des créatures étranges

Les ateliers de création plastique se sont déroulés dans plusieurs lieux à Garges durant toute l’année 2016.

Les jeunes (et moins jeunes) gargeois des Centres Sociaux Corot, Doucettes, Dulcie September, l’association En Marche, L’antenne jeune des Doucettes et le collège Henri Wallon ont réalisés à l’aide de scotch et de film étirable les sculptures étranges. Elles  sont mis en scène, parfois grimés ou déguisées. Certains pourraient évoquer une mythologie contemporaine faite de personnages hybrides, croisement de nos mémoires et nos imaginaires.

Derrière le peuple de créatures étranges, de gauche à droite, Virginie Loisel, Aurelia Garay et Hassan Chouraki

Le scotch est un matériau industriel qui donne des sculptures qui se ressemblent toutes. c’est ensuite qu’on peut inventer des formes et autres éléments imaginaires. Les participants de l’atelier ont appris très rapidement à réaliser des sculptures en masse, à partir de moulages de leur propres corps; entre humain, animal, ou être hybride…

Le centre social Corot

Le centre social plein midi

Le centre Social des Doucettes

Le centre Social Dulcie september

L’antenne jeune des Doucettes et l’association en Marche

Le collège Henri Wallon

 Pour découvrir l’action artistique

2016 – Ville imaginaire /// Paris 20

Ville Imaginaire Double Face

 Ville imaginaire, un parcours d’expression artistique les 1 et 2 juillet 2016

La Ville imaginaire, dispositif artistique et éducatif, a proposé aux habitants du quartier du boulevard Davout (situé entre la porte de Montreuil et de Vincennes) des pratiques artistiques que sont la photographie, le land art, la sculpture, la gravure, la vidéo de création documentaire avec des artistes intervenants.

Notre projet a donc rayonné dans le quartier entre la Manufacture 111 et la Cabane Davout en passant par le Clos Garcia. Suite à l’année 2015, la première étape, l’année 2016 a continué à développer les ateliers jusqu’à la scénographie du parcours en juillet. Les ateliers se sont déroulés sur le temps scolaire (l’école primaire Maryse Hilsz), le périscolaire (Centres de loisirs et ARE de M. Hilsz) et surtout sur le hors-temps scolaire (les associations locales partenaires les mercredis, samedis et pendant les vacances) afin de préparer le parcours artistique.

Pendant la manifestation, les visiteurs, munis d’un plan avec légendes du quartier ont été accueilli par les jeunes guides sur le cheminement de la ville imaginaire. Chacun a pu découvrir les actions artistiques, arts plastiques et arts vivants, dans des espaces extérieurs et intérieurs du quartier de la tour du Pin et la Cabane Davout sur le thème de la ville imaginaire.

plan flyer01 apres modif 1

Les partenaires

Les associations locales telles que PLD, Davout-Relais, Strataj’m et le Clos Garcia ont ouvert leurs portes ainsi que la Manufacture 111, Galerie d’art contemporain et culture urbaines et ont fait découvrir au public les explorations artistiques des enfants ainsi qu’une programmation documentaire.

L’association partenaire privilégiée À Vol d’Oiseau a proposé 4 performances burlesques tout le long du parcours articulées sur le thème des commémorations urbaines lors d’une « marche exploratoire » spectaculaire.

D’autres partenaires culturels comme l’équipe de la préfiguration de la future Bibliothèque Lagny qui a activement participé au succès de Ville imaginaire avec une bibliothèque-cabane éphémère installée dans le jardin. L’association Fabrication Maison, atelier de création graphique, a concocté une identité visuelle spécialement pour notre projet avec des traces, tampons, signes ou autres motifs de couleur bleue fluo déclinés sous toutes les formes. La Maison des fougères s’est connecté à notre projet via les ateliers Tricots et ceux de Rumeur urbaine. Le Centre d’animation Louis Lumière et l’association Zone Vive ont participés à la programmation d’un menu documentaire sur le thème du quartier et qui a été projeté dans la salle de cinéma de la Manufacture 111. Enfin, Freedom-perle-urbaine, a organisé la clôture de ville imaginaire avec une programmation musicale par les habitants.

Deux étudiantes de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Paris-Cergy embauchées en Service civique

Deux étudiantes de 4ème année de l’ENSAPC, Eden Tinto Collins et Aurélia Garay se sont investies dans le projet grâce au dispositif Service civique mis en place avec l’intermédiaire de la Ligue de l’enseignement. Ces futures diplômées ont proposé et animé un atelier artistique les mercredis et samedis (jungle urbaine) qui s’est inscrit dans leur recherche et expérience personnelle. Leur présence créative, dynamique a permis de tisser des liens et de créer des passerelles pour permettre aux jeunes du quartier impliqués dans l’atelier, d’être sensibilisés avec des étudiants et d’envisager de nouvelles perspectives.

<–cliquer ici pour une présentation des acteurs et des ateliers de ville imaginaire –>

Quelques images de l’action

1-Départ: Visite de  la Smala

La Smala :  performance N°1 avec la compagnie À Vol d’oiseau

1–>Introduction de la ville imaginaire, du futur Maire Abou et Visite de la maison témoin

(cliquer sur l’image pour agrandir et/ou faire un diaporama)

Extrait du texte

(…) » Mes chers concitoyens, en tant que maire sortant, j’espère avoir été à la hauteur de la tâche que vous m’aviez confiée ! Je vous remercie beaucoup ! Je suis très touché. Je ne le nie pas. Comment dire ? Je voulais seulement vous remercier de m’avoir permis… enfin… toutes sortes de choses… vous remercier de m’avoir laissé… mener à bien cette action, tout ça… et surtout, surtout, j’aime à croire qu’elle ne sera pas perdue, et qu’elle pourra, grâce à l’action de mon successeur, Monsieur le nouveau maire ABOU ASSIS… (…) Nous vous présentons l’appartement-témoin, prototype unique, conçu et réalisé par les Entreprises DOUBLE FACE, qui ont déjà pu œuvrer avec brio dans NOTRE, VOTRE magnifique ville.(…) Le hall d’entrée, les ascenseurs, le balcon avec barbecue et les pièces affectées au service ainsi que toute la tuyauterie et l’installation de gaz sont situés dans une petite tour latérale accolée à l’immeuble. Monsieur votre futur Maire ABOU ASSIS aura le plaisir de développer ce concept à l’extérieur de votre quartier, et bientôt, des centaines d’appartement comme celui-ci seront proposés au monde entier… »

2–> Les personnages étranges  de la Ville imaginaire exposées au fond de la Smala

(cliquer sur l’image pour agrandir et/ou faire un diaporama)

La bibliothèque-cabane et la cabane sonore

(cliquer sur l’image pour agrandir et/ou faire un diaporama)

L’équipe de la préfiguration de la Bilbliothèque Lagny, Sylvie Kha, Sandra Algan et Flore Viola, nous a proposé pendant la manifestation un accueil en mode bibliothèque-en plein air dans une cabane bricolée par les bénévoles étudiants en art dans le jardin de la Cabane Davout. Cet espace chaleureux a accueilli les écoles, les habitants du quartier  et les visiteurs de l’exposition. Cette action a permis surtout aux enfants de découvrir le projet de la future bibliothèque Lagny.

La « ville du futur » à l’écoute dans la cabane sonore

2-Visite du Relais et du four solaire

Exposition des ateliers « Jouer un tableau » au Relais ( (chez Davout Relais)

Dans l’espace dit du relais (Davout Relais), les photographes Greg Rondet et Michael Manoir ont présenté leur travail dans le cadre des ateliers ARE (nouvellement nommés TAP)  avec les enfants de l’école Maryse Hilsz proposés par l’asociation Double Face. Ces ateliers ont été aussi prolongés dans le cadre des activités culturelles proposées par Davout Relais les mardi en fin d’après-midi.

(cliquer sur l’image pour agrandir et/ou faire un diaporama)

Exposition d’ estampes au four solaire (chez PLD -Paga Lagny Davout)

Le four solaire (PLD) nous présentait un espace rutilant ou l’on pouvait découvrir le travail d’estampes, de photomontage et photocollages réalisés pendant les ateliers vacances scolaires.

3-RDV au chantier de la bibliothèque

Performance N°2 avec la compagnie À Vol d’oiseau:

->Pose de la 1ère pierre

Extrait du texte

« Le Conseil Municipal a mis à l’ordre du jour la réalisation de la nouvelle bibliothèque. Nous avons décidé de nous installer au plus près de vous, cher public. Il sera ainsi possible à tous de s’y rendre. Imaginez les spectacles, les concerts, les expositions, les artistes et écrivains que nous pourrons ainsi accueillir ! (…) C’est avec fierté que j’ai accepté de venir poser la première pierre d’un édifice aussi novateur que celui-ci. Novateur, oui, car, pour la première fois dans l’histoire de l’architecture, une bibliothèque sera construite en forme de canon, de canon géant, orienté à 45o vers notre frontière orientale.(…) En temps de paix, mesdames et messieurs, le bâtiment pourra accueillir un public très nombreux et lui offrir les trésors intellectuels de l’humanité. Mais en temps de guerre, et mieux vaut que ça se sache, nous actionnerons le dispositif de propulsion du biblio-canon, et à travers son tube, seront envoyés, par salves successives, de dangereux obus qui s’abattront sur les populations ennemies en causant un désastre. Nous serons la première ville du monde à avoir transformé Baudelaire, Victor Hugo, Shakespeare, Claude Ponti, Philippe Dorin, Stéphanie Blake, Suzanne Lebeau… »

4-RDV à la Manufacture 111

Giulano Ponturo, artiste bénévole propose de faire un mix dans le bar de la manufacture 111 pour accueillir le public.

Les travaux réalisés avec l’école Maryse Hilsz  à la Manufacture 111

Une grande partie des travaux réalisés avec les classes de l’école primaire Maryse Hilsz étaient visibles à la manufacture 111, centre d’art urbain, à proximité du travail des graffeurs associés au lieu qui préparaient leur exposition.

La salle de projection de la Manufacture 111 a accueilli une programmation de petits films documentaires sur le quartier (en présence des réalisateurs)

1-Photo-parcours avec 6 enfants de la Tour du Pin /coordonné par Virginie Loisel (Double Face-2012)

2-TEP (Plus loin/ Kashink-2015)

3-Oasis Boulevard, de Jérome Sitruk et josé Arteaga (Zone Vive/Ateliers Varan-2009)

5-RDV au jardin du clos Garcia

Performance N°3 avec la compagnie À Vol d’oiseau:

->Plantation du palmier d’Abou

Extrait du texte

« Depuis plusieurs jours, une terrible Mauvaise Herbe envahit la ville, une terrible herbe tueuse, qui grimpe partout, bouche les aérations, les tuyaux, les tunnels, étouffe les toits, les statues et occupe déjà toute la Tour Eiffel. Cette Mauvaise Herbe progresse à une vitesse extraordinaire et s’attaque particulièrement aux sculptures et aux jardins.

Grâce à Monsieur le maire ABOU DEBOUT, une expédition a été mise sur pied pour délivrer la ville de ce fléau. Il fallait réussir, sinon Paris et les autres villes n’existeront bientôt plus. Il fallait planter l’Arbre Unique qui ne peut vivre qu’à un endroit de la Terre, mesdames et messieurs, ICI dans notre, dans VOTRE jardin, dit « Clos Garcia »…

En cette fin d’après-midi, chargé de de lumière et d’énergie, pour vaincre la Mauvaise Herbe Tueuse, il ne manque plus à notre arbre que la potion préparée sur les conseils de Monsieur le maire ABOU DEBOUT. Cette potion va être distillée à toute la ville par l’intermédiaire de notre, de VOTRE ARBRE MAGIQUE. »

©doubleface- Virginie Loisel
Les visiteuses de Zone Vive

6- Cérémonie de clôture à la cabane D’Abou

Performance N°3 avec la compagnie À Vol d’oiseau:

–>Dévoilement et discours d’Abou

Extrait du texte

« Il est temps de vous présenter maintenant notre, VOTRE nouveau Maire ABOU ASSIS DEBOUT. Ce n’est pas sans une certaine émotion… enfin…(L’adjoint) Soyons bref ! et donnons la parole à notre, VOTRE nouveau Maire ABU ASSIS DEBOUT.

On dévoile la statue et on lui donne la parole. (ABOU) Nous remercions notre ancien maire, qui toujours, sut mener à bien les projets qui lui tenaient à cœur ; nous remercions cet artisan modeste qui sut donner à VOTRE ville un élan neuf, concrétisant les objectifs culturels que la Ville souhaitait voir exprimer ! Et enfin, toute cette équipe de dynamiques collaborateurs, qui sut animer avec passion les idées, les formes, les expressions et donner à cette ville, malgré ses modestes, trrrrrrrrrrès modestes moyens, la consistance d’un creuset de la création, fût-elle locale.

(…) VOUS avez des rêves, nous, VOUS les réaliserez ! Nous serons, VOUS serez tous des animaux libre et sans cages, il y aura des sangliers à Paris, les maisons seront à l’envers, les stylos seront à l’électricité, des robots exerceront tous nos désirs, la nourriture sera en forme de pilules rouge et blanc, les douches à reconnaissance vocale… Enfin, moi, ABOU ASSIS DEBOUT, qui ai marché de long en large avec mes bataillons, je m’engage et je jure au nom du jeune palmier de la liberté, que tout le monde en 2217 euh… en 2017, tout le monde sera heureux !

Et l’argent tombera du ciel ! »

Fête de clôture avec l’association Freedom-perle-urbaine avec une programmation musicale made in Davout.

<–cliquer ici pour une présentation détaillée des acteurs et des ateliers de ville imaginaire –>

Les enfants qui ont participé au projet (environs 150)


(liste en cours-non exhaustive)

Naguesa–Fatou–Imen–Younes–Cordo–Leila–Kenny–Noualou–Maïli–Nouha–Lina–Prag–Sophie–Fatoumata–Amadou–Ousmane–Mohamed–Amin–Shaima–Youssouf–Nolan–Koumba–Ines–Malak–N’dome–younes–Medhi–Rayane–Rayan–Ines–Samy–Garaba–Mohamed–Fatou-Elia–Chloé–Anais–Marie-N’gozi–Louane–Mariam–Haby–Ekene-Maillys–Céline–Anna–Boubacar–Mehdi-Baptiste–Marwa-nour–Mohamed el fata–Sid-ahmed–Saïbou–Mathis–Angelina-Safa–cheima-j-ulien–Vitusan–Pragash–Mehdi–Rayane–Keveen–Diberna–Pritie–Kevin–Amin–Lilia–Mohamed –Amin–Noé–Bruno–Hector–Younès–Roxane–Nohan–Mahamadou–Chérine–Khadidia–Kenji–Gervais–Océane Oumou –Zeid–Ornella–Elia–Imen–Imran Mohamed–Mamadou–Yanis–Chloé–Zakaria–Hocine–Raïssa–Aminata–Etienne–Selma–Nadir–Fatoumata –WaliJeff –Bilel–Kevin–Mohamed–Mamadou–Emeka–Leïla–Vérénice–Karishne–Anaïs-LouiseI–Souleymane–Sadi–Inès–Ali–Eloa–Aya


Tous les acteurs de Ville imaginaire

  • Virginie Loisel (Association Double Face) :  Responsable et directrice artistique

  • Eden Tinto Collins / service civique (Association Double Face) Co chargée de projet artistique, cabane Davout et manufacture 111 et co animatrice de l’atelier jungle urbaine.

  • Aurélia Garay / service civique (Association Double Face) : co chargée de projet artistique, Cabane Davout et co animatrice de l’atelier jungle urbaine

  • Suzanne Montagner,  plasticienne-designer bénévole les samedis aux côtés d’Aurélia Garay  et Eden Tinto
  • Greg Rondet (association double Face): co animateur atelier « jouer un tableau » dans le cadre des ARE de Maryse Hilsz

  • Michael Manoir, (association double Face): co animateur atelier « jouer un tableau » dans le cadre des ARE de Maryse Hilsz

  • Minka Delaere (Association Double Face) artiste animatrice atelier estampes

  • Kamelia Banisadr (Association Double Face) artiste animatrice atelier arts plastiques

  • Alicia Luciani, (Association double face) artiste animatrice atelier photo

  • Charlotte Luthringer, architecte intervenante école Maryse Hilsz

  • Fransoise Simon et Anne Rousseau (Compagnie À vol d’Oiseau) comédiennes et metteuses en scène

  • Foufa  (Association Solidarité PLD) :Coordination et animation expo estampes et photomontage

  • Françoise Gaborit et son équipe (Davout Relais) : coordination action expo jouer un tableau

  • Aboudou Samassa et toute l’équipe (Strataj’m) : coordination Cabane Davout

  • Sarah Genoud (EPN) : Coordination webdoc

  • Ines Geoffroy et Sajoua Bentayeb (Manufacture 111) : Coordination Manufacture 111

  • Sylvie Kha, Sandra Algan et Flore Viola (coordination et animation en lien avec la future bibliothèque Lagny)

  • Timothée Gouraud (Fabrication Maison) , graphiste et animateur des ateliers sériegraphie

  • Zary Soa (Freedom perle urbaine) et Ali Darboe : Coordination et animation de la soirée de clôture

  • Isabelle Gaulon (Zone Vive) co programmation de la séance de films documentaires à la Manufacture 111

  • Agathe Thierry (Centre d’animation Louis lumière) co coordination de la programation à la manufacture 111
  • Jérôme Sitruk (Plus loin) réalisateur de Oasis boulevard présent à la manufacture 111
  • Pauline Salou, Sophie Vialette et Sarah (École primaire Maryse Hilsz) institutrices et partenaires.

  • Chris Blache (Genre et Ville) Reportage sur la Ville imaginaire

  • Mark Yates (Le clos Garcia) accueil du projet dans le jardin du clos Garcia

  • Giuliano Ponturo (étudiant de l’école Supérieure d’Art de Paris-Cergy) mix à la manufacture 111
  • Merci aux étudiants de l’école Supérieure d’Art de Paris-Cergy et tous les bénévoles d’avoir aidé à la construction de la scénographie du projet : Frederick Soleil, Josefa N’tjam, Marie Gaudou, Hadjara Karakomo-Mercy, Agathe Thierry

Nos partenaires financiers

  • La Ville de Paris

  • La Mairie du 20 ème

  • La DPVI
  • La DDCT

  • La DRAC IDF

  • Paris-Habitat
  • La RIVP

  • La Dasco

 

Ville imaginaire Double Face